• Zoé Genet Berthoud

Peau de phoque

Cette sculpture a été créée d’après un conte de guérison féminine

et dans un processus de soin profond.



« Peau de phoque » est l’histoire d’un pêcheur solitaire qui, un jour, voit un groupe de phoques sortir de l’eau et retirer leur peau pour libérer de magnifiques jeunes femmes. Il tombe sous le charme. Il s’empare de la peau d’une belle jeune femme, l’empêchant ainsi de reprendre sa forme de phoque et de disparaître dans le monde du dessous. Le pêcheur lui promet de lui rendre sa peau dans sept étés et lui assure qu’elle pourra partir où elle voudra. Ils ont un enfant, auquel sa mère raconte les formes du monde du dessous. Le temps passant, la peau de la femme se met à sécher et à craquer. Ses cheveux tombent, elle boîte. Jour après jour, son regard se ternit. « Sept étés sont passés, rends-moi ce dont je suis faite », supplie la femme. Le pêcheur ne veut pas. L’enfant entend les mots de ses parents et la douleur de sa mère. Il veut aller voir le monde du dessous. En se rendant à la falaise, il butte et tombe. Se retournant, il voit que l’obstacle est la peau de phoque. Il retourne à sa mère et lui enfile sa peau, puis la ramène à la mer et la libère.

En perdant sa peau de phoque, la femme a perdu sa liberté et son essence sauvage.


Sculpture en terre à RAKU.

Zoé Genet Berthoud, 2019, suite à la lecture de "Femmes qui courent avec les loups de C. Pinkola Estès


© 2018 par LUNES. tous droits réservés pour toutes les créations présentées sur ce site

  • w-facebook
  • White Google+ Icon
  • Twitter Clean